Lampadaire connection day 2

Aujourd’hui c’est testing des suspensions et training, au programme 3h à faire sur la moto, merci coach, je vais avoir de quoi faire avec ma caméra.


40 min de route après avoir récupéré son ex beau père, suiveur, sponsor et homme d’expérience, arrivée sur un site sauvage, c’est la base ici, une conduite de gaz sous haute pression marquant l’arrivée au bon endroit.

Beaucoup de sous bois, deux lignes de chemins de fer abandonnées, les traverses y sont toujours et un mélange de terre sablonneuse et de craie nous accueille.

Couleurs d’automne et de la vitesse, de légères vagues, ça à l’air fun et parfait pour bosser les suspats.


Problème récurrent sur la moto d’Erik,

la fourche se bloque et ne coulisse plus que sur les gros chocs, donnant une assiette déséquilibrée a son 350 avec un amortisseur bien trop souple une fois la fourche durcie.

Plusieurs fourches, plusieurs tés, plusieurs roues, rien n’y fait, Erik roule et ramène sans cesse une suspension bloquée, ok on va appeler Peter.


3 mois et demi qu’il roule comme ça, il est temps de solutionner ce mystère.

En attendant j’en profite pour lui faire essayer un exercice appris au côté d’Yves Demaria, résultat une belle manche de 40 min où Erik se donne et remplit parfaitement les colonnes, il ne sait pas faire que des blagues mon lampadaire.


Wim son homme d’expérience lui trace même un jump à la pelle pour aller mettre en butée cette fourche, grand passionné que cet homme, il a un rôle prépondérant dans le fonctionnement d’Erik et n’est pas si raide que ça pour un Flamand.

Bonne pioche, j’apprécie beaucoup Wim, toujours auteur d’un avis nuancé et constructif, se concentrant sur le positif, faisant attention aux mots employés, mettant sa pierre à l’édifice lorsqu’il le juge nécessaire, un mec précautionneux et attentionné.

Quel plaisir de ne pas être en présence du bourrin notoire, sachant tout, ayant tout vu, maître de la pensée unique et bien souvent instigateur de la culture du vide ou de l’argent.

C’est d’ailleurs souvent ceux qui ont le plus de connaissances, qui part sagesse n’ont pas la volonté de l’étaler, préférant sans doute, la distiller à petites doses et aux oreilles attentives, bingo, Erik en est une.


La 350 d’Erik brille au bord du canal, par sa simplicité, cône valve et traxx certes, un échappement Akra certes, carter Hinson certes, mais le plus important est dans la cartographie, une moto pleine à tous les étages, facile, coupleuse et rageuse à la fois, sacrée compromis que détient Erik.


Aujourd’hui on va aller rouler dans le gras, temps classique Belge oblige, je vais aller tester cette moto et la comparer avec une 350 Gas fournie par Florian Tichoux membre actif de la lampadaire connection, jeune au sourire contagieux, auteur de parfois bien plus de génie qu’il n’a l’air d’en posséder. Merci Tich.

Demain c’est l’heure de l’interview fatidique pour Erik, contenu à retrouver ici même en exclusivité très rapidement.

RP




242 vues

Posts récents

Voir tout