top of page

j'irai dormir chez l'homme libre : Day 2

Ce vendredi matin 7H30, 2 cafés, un baggle confiture et en voiture.

1H de route pour nous rendre sur ce spot sauvage, champion du monde ou pas, tout le monde fait la même chose lorsque les circuits sont fermés, ça joue les hors la loi avec comme seules armes de bons vieux bidons de gasoline.



Petit détail qui a son importance, cela peut vous servir dans le futur, lorsque vous conduisez une voiture avec le volant à droite, méfiez vous les voitures arrivent également de ce côté dans les ronds points et en plus elles ont la priorité, si, je vous jure.


Arrivé sur le spot, les camions garés sur la gauche de la chaussée, le long d'une haie, j'aperçois alors le derrière bien blanc de Sir McCanney. Toujours content de me voir le mansois, accompagné de la fratrie Edmonson et du jeune Sam Davies.

Une fois les gaziers habillés, on sort discrètement les motos, couchées sur la butte entre les camions et la haie, l'ambiance est pausée.

1 petit kilomètre sur la route et à travers un bois longeant un site industriel, nous voilà arrivés dans un vallon rempli de sable, beaucoup de traces, de montées, d'appuis et de courbes plus ou moins serrées, des vagues, encore des vagues.

Parfait pour mes outils.


La tribu anglaise va mettre un moment à tracer quelque chose qui leur conviendra, parfait pour que je puisse faire des tests avec le drone et prendre quelques plans qui changent un peu.

Quelque chose qui ne change pas, c'est l'attaque de Brad, malgré les séances qu'il s'inflige de manière répétitives, il est celui qui va le mieux sur la moto, il s'arrête et dis qu'il n'y arrive pas, le chrono pourtant parle. Il est loin devant.

Seul attaquant coriace, Jack Edmonson, ainé des deux frères et lui aussi ex champion du monde Youth, il connait cet endroit par cœur et cela se voit.


Plusieurs séances, quelques chutes, des erreurs et les bonhommes commencent à fatiguer.

Equipée d'une 200 RR, Cairn s'occupera vite des chronos après s'être retrouvée coincée sous celle ci.

J'en profite pour me cacher derrière quelques arbres, trouver de jolis spots pour immortaliser la chose, je ne reviendrai peut être jamais ici.

Ma mission pendant ce séjour est avant toute chose, vous montrer pourquoi ces champions sont tous intéressants, différents et certains bien plus attachants que d'autres.

Un aveyronnais râleur m'a dit un jour, je cite, "plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui", partant de ce point de vue, tout est possible.


Au delà du fait que ces mecs usent régulièrement de mes services audiovisuels, ce sont leurs singularités qui m'intéressent.

Brad s'affirmera encore une fois dans l'avant dernière séance, se trompant dans son nombre de tours à faire, il s'arrêta un tour trop tôt, lâcha un bon "fuckin hell" et reparti deux tours au lieu d'un, car comme il dit, les erreurs ça se paye donc, un tour de moins égal un tour de plus que prévu.




Finalement c'est assez logique.

Jusqu'à la dernière séance, c'est Brad qui fera le plus de tours et même dans les ultimes passages semblera en forme alors qu'il me dira 5 min après, "mec j'en peux plus, je suis affamé, on va boire un café?"


Après le repas partagé, retour à la maison, après midi détente et ponçage de Youtube, des vidéos du Pressday, bien loin du débat lié à Automoto la chaine, Brad a tous les abonnements nécessaires, je suis peinard pour dimanche.

On passe la soirée à parler compétition et notamment de son admiration pour Amaury Pierron, qu'il a découvert lors de sa première victoire à Fort William, l'endroit même où Cairn avait fait son podium en catégorie junior des World Cup de DH, pour cela vous en saurez plus très bientôt.

Je dois vous avouer qu'écrire des textes sur des anglais, est très confortable pour moi, ils n'y comprennent rien, s'en fichent surement et de cette manière je peux presque vous annoncer quels pièges je vais leur tendre, la surprise reste entière, jouissif.


Demain, surprise, je vous dis rien.

Moi je sais.


RP



258 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page